Partager Partager Imprimer la page.  

Communiqués

Mise en valeur du patrimoine culturel québécois – Le ministre Luc Fortin annonce la désignation de Marie Guyart comme personnage historique et un avis d’intention de classement de cinq de ses lettres

Québec, le 5 juin 2017. – Fondatrice et première supérieure du monastère des Ursulines de Québec, Marie Guyart, dite Marie de l’Incarnation, est désormais désignée comme personnage historique. De plus, cinq de ses lettres, les seules à être conservées au Québec et au Canada, font l’objet d’un avis d’intention de classement en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel.

Le ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la Protection et de la Promotion de la langue française, M. Luc Fortin, en a fait l’annonce aujourd’hui. La Loi sur le patrimoine culturel permet au ministre de désigner un personnage, un événement ou un lieu historique, et de classer un document patrimonial.

Les lettres de Marie Guyart présentent un intérêt patrimonial pour leur valeur historique en raison de leur association avec ce personnage connu et de leur importance documentaire. Elles comptent aussi parmi les rares biens mobiliers que l’on peut directement associer à Marie de l’Incarnation et à l’époque de la fondation du monastère des Ursulines de Québec. Écrites entre 1645 et 1670, ces lettres témoignent des responsabilités de la religieuse au sein de sa communauté, ainsi que de l’étendue et de la notoriété du réseau de correspondants qu’elle avait établi. Ces documents constituent des pièces significatives dans l’histoire de la Nouvelle-France.

Citations

« Cette désignation est un geste de commémoration, mais aussi une marque de respect et de reconnaissance envers Marie Guyart, qui a fondé la première école pour jeunes filles en Amérique du Nord. Il rappellera aux générations futures le rôle majeur, à la fois humanitaire et pédagogique, que cette femme de courage et de foi a joué aux premiers temps de la Nouvelle-France. »

Luc Fortin, ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la Protection et de la Promotion de la langue française

« Les lettres signées de la main de Marie Guyart constituent un patrimoine épistolaire inestimable. Elles témoignent de la vie et de l’œuvre d’une femme comptant parmi les figures fondatrices du Québec. Je félicite les dévouées Ursulines d’avoir conservé avec soin ces précieux documents. »

François Blais, ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale

Faits saillants

      • Au cours de sa vie, Marie Guyart aurait rédigé environ 13 000 lettres, dont 10 000 au cours de ses 32 années passées au Canada. De ce nombre, moins de 300 lettres sont connues grâce à des retranscriptions, et seulement 13 lettres originales existent encore, dont les cinq qui sont conservées au monastère des Ursulines de Québec.
      • Liste des cinq lettres qui sont conservées aux archives du monastère des Ursulines de Québec : 
        • Lettre et déclaration de Marie de l’Incarnation à Charles Huault de Montmagny, gouverneur de la Nouvelle-France (Québec, le 15 mai 1645)
        • Lettre de Marie de l’Incarnation à Jérôme Lalemant, supérieur des Jésuites du Canada (Québec, vers 1648)
        • Lettre de Marie de l’Incarnation à Guillaume Andouart de Saint Germain, notaire (Québec, le 15 septembre 1661)
        • Lettre de Marie de l’Incarnation à Paul Ragueneau, jésuite, procureur à Paris de la mission du Canada (Québec, le 3 septembre 1663)
        • Lettre de Marie de l’Incarnation à Cécile de Saint-Joseph, supérieure des Ursulines de Mons (Québec, le 12 septembre 1670) 
      • L’arrivée des Ursulines en Nouvelle-France, en 1639, a été désignée comme événement historique en 2014.


Liens connexes


– 30 –

Haut de page