Partager Partager Imprimer la page.  
Laval

Accueil > Votre région > Laval > Zoom sur la région > Survol historique

Survol historique

La seigneurie de l'île Jésus - de 1636 à 1854

La seigneurie de l'Île Jésus a été formée en 1636 par les Pères Jésuites qui, cependant, ne la développent pas. Elle passe ensuite aux mains de François Berthelot, conseiller et secrétaire du roi Louis XIV, qui ne la conserve en sa possession que trois ans. En 1675, il l'échange contre l'île d'Orléans à Monseigneur François Montmorency de Laval, évêque de Québec. Finalement, en 1680, ce dernier en fait don au Séminaire de Québec qui en demeure propriétaire jusqu'en 1854, qui marque la fin du régime seigneural.

L'occupation des terres se poursuit progressivement d'est en ouest, suscitant la création de paroisses ecclésiastiques. En 1845, elles forment les limites des quatre premières municipalités civiles, de sorte que, pendant deux siècles, l'exploitation de l'île Jésus est exclusivement agricole.

L'urbanisation de l'île

Au début du XXe siècle, l'île commence à s'urbaniser avec la création de la ville de Laval-des-Rapides et du village de l'Abord-à-Plouffe. À cette époque, l'île Jésus s'avère l'endroit de villégiature par excellence des Montréalais, d'où la création de la ville de Laval-sur-le-Lac à la pointe Ouest.

Vers 1960, une vague d'expansion métropolitaine provoque un important mouvement de migration vers la banlieue et l'impact affecte particulièrement l'Île Jésus. Ce développement suscite son lot de problèmes et certaines autorités en place effectuent un premier regroupement de municipalités. Conséquemment, un développement local s'avère rentable économiquement, mais insuffisant pour corriger la situation d'ensemble qui affecte les municipalités de l'île.

Le développement de la ville

Le développement de Laval n'a cessé de croître par la suite. Depuis sa création, et jusqu'à tout récemment, Laval était demeurée la deuxième plus grande ville du Québec, après Montréal. Depuis les fusions de municipalités de 2001, elle occupe le 4e rang.

La collectivité lavalloise s'est dotée de tous les instruments nécessaires au dynamisme d'une ville : parcs industriels, mégacentres commerciaux, sociétés de transport, cégep, hôpital général, usines de filtration et d'épuration, centre de la nature, maison des arts et corporation de développement économique.

Haut de page